UNSA IESSA impression UNSA IESSA

RENAR-IP : Kénavo à la rigueur professionnelle...

Malgré les nombreuses alarmes remontées par les spécialistes des services techniques tant sur le plan technique que sur la gestion du projet, la DSNA décide de maintenir coûte que coûte une mise en service en décembre 2013.

D’après elle, cette mise en service ne concerne que des flux dits « non opérationnels ». Oui, mais à très court terme, des UOP sont programmées, et des flux ATM opérationnels y sont prévus avant la fin de l’année. A l’aune de la mise en service, des constats navrants :
-  Un service opérateur qui ne répond pas aux attentes,
-  Des dysfonctionnements réseaux inexpliqués à cette date,
-  Une démarche SMS illisible, gérée à la minute,
-  Un protocole des relations inter-centre encore en travaux,
-  Des incertitudes sur notre possibilité de superviser le réseau,
-  Un manque de préparation pour le démarrage des GT, un manque de pragmatisme (une démarche trop conceptuelle),
-  Une grande dérive temporelle du projet CssIP, exposant les experts à un fort risque de démobilisation,

RENAR-IP est-il un élément majeur de la sécurité de la navigation aérienne ?

RENAR-IP sera le support des communications radio, téléphone, données radar, données de vol, échange de données internationales...

Nous, IESSA, répondons donc : RENAR-IP est un élément majeur de la sécurité aérienne.

A ce titre, nous déplorons que l’administration n’ait pas voulu donner toutes les chances de réussite à ce projet. En lui donnant l’importance qu’il aurait dû avoir dès sa conception, et en maintenant une relation forte avec les experts et les opérationnels, ce constat ne serait pas aussi amer.

Face au risque de dégradation de la sécurité des vols, nous alertons encore une fois sur les carences du projet, et espérons enfin une réaction de la part de l’administration.


logo DOCUMENT 1891
RENAR-IP 2014
Brest, 13/12/2013
(PDF, 380.7 ko)


Dans la même rubrique
UNSA IESSA - http://www.iessa.org